Aubergine (solanum melongena) Morceaux 200 mg


Aubergine (solanum melongena) Morceaux 200 mg

Référence: PG066


Expédition possible sous 5 jours

Le tableau des différents tarifs et conditionnements ce trouve en bas de page

 

Nom latin : Solanum melongena

Autre appellation

Famille : Solanacées

Partie utilisée : Fruit, jus de fruit, feuilles.

 

Habitats et cultures : Plantes herbacée vivace à feuilles laineuses, à fleurs violettes et à fruits pourpres (70 cm de haut. Originaire de l’Inde et de l’Asie du sud-est, l’aubergine est aujourd’hui cultivée dans de nombreuses régions tempérées. On récolte le fruit mûr en été ou en automne.

 

Principaux constituants : Protéines, pigments anthocyaniques, manganèse, cuivre et vitamine A, B1, B2, B6 et C.

 

Propriétés : Diurétique, antioxydante.

 

Effets et usages médicinaux :

  • Le fruit de l’aubergine abaisse le taux de cholestérol, il convient dans un régime alimentaire destiné à régulariser la tension artérielle et maladies cardiovasculaires. Frais, on l’applique en cataplasme sur les hémorroïdes, mais on l’utilise plus couramment sous forme d’huile ou d’onguent. Le fruit et sont jus sont des diurétiques efficaces. En cataplasme, les feuilles, apaisent brûlure, abcès, herpès et autres affections du même type. Le fruit mâché peut être appliqué sur les brûlures.

Contre indications :

  • Les feuilles d’aubergine sont toxiques. Ne pas utiliser par voie interne.

 

Historique :

  • En Asie orientale et méridional, on cultive l’aubergine comme plante alimentaire depuis l’antiquité.
  • Bien que l’aubergine ait été domestiquée en Inde où l’on pense qu'elle est consommée depuis 2 500 ans à 4 000 ans, il se peut que son ancêtre sauvage vienne d'Afrique, où il existe de multitudes d'espèces de Solanum aux caractéristiques très proches de celles de l'aubergine cultivée. Depuis l'Inde, elle s'est diffusée en Chine (autour de 700 ans avant notre ère) où l'on a produit des variétés à petits fruits de couleur verte, blanche, rouge et lavande. C'est d'ailleurs dans un traité chinois datant de 500 ans avant notre ère qu'elle est mentionnée pour la première fois. Elle sera introduite dans le monde arabe dès le IXe siècle, migrant jusqu'en Égypte à l'ouest, et en Turquie au nord. Elle fera son apparition en Espagne entre le VIIIe et le XIe siècle. Dans ce pays, on apprendra vite à l'apprécier, mais ailleurs en Europe, on s'en méfiera longtemps, probablement à cause de sa ressemblance avec les plantes toxiques (mandragore, datura, belladone) de la famille des solanacées. Par corruption du nom italien melanzena, on l'appellera mala insana (littéralement « pomme malsaine ») et on l'accusera de rendre fous ceux qui la consomment.
  • Les Espagnols l'introduiront en Amérique latine au XVIe siècle, mais elle n'apparaîtra en Amérique du Nord que 150 ans plus tard. Jusque dans les années 1950, on ne produira pour la consommation humaine que les variétés à gros fruits pourpres, les autres étant réservées au jardin ornemental.Aujourd'hui, on la cultive dans toutes les régions chaudes et tempérées de la planète. Vieille amie des Arabes, elle est indispensable à la cuisine du Moyen-Orient, où on l'appelle « caviar du pauvre ». Les Turcs se vantent d'avoir créé mille recettes permettant de la mettre en valeur.

 

Recherche en cours :

  • Des études menées en Allemagne (1975) montrent que l’aubergine empêche les graisses de s’accumuler dans les artères.
  • Plusieurs études épidémiologiques ont démontré qu’une consommation élevée de légumes et de fruits diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Quelques mécanismes d’action ont été proposés pour expliquer ces effets protecteurs; la présence d’antioxydants dans les légumes et les fruits pourrait y jouer un rôle.
  • Antioxydants : Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. L’aubergine est considérée comme ayant un potentiel antioxydant élevé et on commence à en analyser les bienfaits potentiels. Des études in vitro et chez l’animal ayant utilisé un mélange d’antioxydants de l’aubergine ont obtenu comme résultats une diminution de l’oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL) et une diminution de la concentration des lipides sanguins. D’autres chercheurs se sont penchés plus spécifiquement sur certains antioxydants de l’aubergine, mais pour l’instant, les résultats demeurent préliminaires et ne s’appliquent pas encore à l’organisme humain.
  • Acides phénoliques : Les acides phénoliques sont l’une des principales classes d’antioxydants de l’aubergine, dont le plus abondant est l’acide chlorogénique. Ce composé a démontré une forte activité antioxydante in vitro. Des chercheurs ont toutefois noté que l’acide chlorogénique des aliments pourrait être absorbé en proportion plutôt faible par l’organisme humain. On ignore donc si la quantité d’acide chlorogénique obtenue par l’aubergine peut être suffisante chez l’humain pour observer des effets antioxydants.
  • Anthocyanines : L’aubergine, particulièrement si sa peau est foncée, est également riche en pigments antioxydants de la catégorie des anthocyanines. Par ailleurs, des scientifiques américains ont découvert qu’un certain type d’aubergine appelée Black magic contenait presque trois fois plus d’anthocyanines que les autres variétés d’aubergine analysées. L’un des principaux pigments de la pelure d’aubergine est la nasunine, qui a démontré in vitro une capacité de protection contre le stress oxydatif (effet antioxydant). D’autres chercheurs ont démontré que la nasunine diminuait in vitro la prolifération anormale de vaisseaux sanguins impliqués dans le développement de tumeurs et de maladies cardiovasculaires. Cependant, ces résultats ne peuvent pour l’instant être transposés chez l’humain.

 

 

La prise de ce produit ne dispense pas, d'une consultation chez le médecin, ou de sa prescription.

Demander  conseil à votre médecins ou praticiens de santé.

Lire impérativement les précautions d'emploi avant toute utilisation des plantes médicinales.

Parcourir cette catégorie : Plantes en gélules unitaire