Pain Marseille 1000g


Pain Marseille 1000g

Référence: HPA04(O)-1 (Composition: Vert (à l'huile d'olive), Quantité: A l'unité, SavonMarseille: Pain 1 kg)


Expédition possible sous 5 jours

8,34
Prix TTC, hors frais de port
Poids du colis: 1 300 g


Le tableau des différents tarifs et conditionnements ce trouve en bas de page

made_in_france.jpg

L'origine du savon de Marseille provient sans doute du savon d'Alep existant depuis des milliers d'années. Le mode de fabrication originaire de la ville d'Alep en Syrie, à base d'huile d'olive et de laurier s'est répandu à travers le bassin méditerranéen, à la suite des croisades, en passant par l'Italie et l'Espagne, pour atteindre Marseille.

Marseille possède des manufactures de savon à partir du XIIe siècle qui utilisent comme matière première l'huile d'olive produite localement. La soude (à l’époque le mot « soude » désignait le carbonate de sodium) provenait des cendres de la combustion d'une plante, la salicorne. Crescas Davin est au XIVe siècle le premier savonnier officiel de la ville. En 1593, Georges Prunemoyr, dépassant le stade artisanal, fonde la première fabrique marseillaise.

Au début du XVIIe siècle, la production des savonneries marseillaises peut tout juste satisfaire la demande de la ville et du terroir. Le port de Marseille reçoit même des savons de Gênes et d'Alicante. Mais la guerre bloquant l'approvisionnement d'Espagne, les savonniers marseillais doivent augmenter leur production de façon à pouvoir alimenter les Français du Nord et les acheteurs hollandais, allemands et anglais.

En 1660, on compte dans la ville sept fabriques dont la production annuelle s'élève à près de 20 000 tonnes. Sous Louis XIV, la qualité des productions marseillaises est telle que "le savon de Marseille" devient un nom commun. Il s'agit alors d'un savon de couleur verte qui se vend principalement en barre de 5 kg ou en pains de 20 kg.

Le 5 octobre 1688, un édit de Louis XIV, signé par le fils de Colbert, secrétaire de la Maison du Roi, réglemente la fabrication du savon. Selon l'article III de cet édit : «On ne pourra se servir dans la fabrique de savon, avec la barrille, soude ou cendre, d'aucune graisse, beurre ni autres matières ; mais seulement des huiles d'olives pures, et sans mélange de graisse, sous peine de confiscation des marchandises». Les manufactures de savons doivent cesser leur activité l’été car la chaleur nuit à la qualité du savon. Cette réglementation assure la qualité du savon qui fait la renommée des savonneries marseillaises. Dans le même temps, des fabriques de savon s'installent dans la région, à Salon-de-Provence, Toulon ou Arles.

L'industrie du savon :

  • En 1786, 48 savonneries produisent à Marseille 76 000 tonnes, emploient 600 ouvriers et 1 500 forçats prêtés par l’arsenal des galères. Après la crise due à la Révolution française, l'industrie marseillaise continue à se développer jusqu'à compter 62 savonneries en 1813. La soude est alors obtenue à partir d'eau de mer grâce au procédé inventé par Nicolas Leblanc.
  • À partir de 1820, de nouvelles matières grasses sont importées et transitent par le port de Marseille. Les huiles de palme, d'arachide, de coco et de sésame sont utilisées pour la fabrication du savon. Les savonneries marseillaises subissent la concurrence des savonneries anglaises ou parisiennes, ces dernières emploient du suif qui donne un savon moins cher.
  • Au début du XXe siècle, la ville de Marseille possède 90 savonneries. François Merklen fixe en 1906 la formule du savon de Marseille : 63 % d’huile de coprah ou de palme, 9 % de soude ou sel marin, 28 % d'eau. Cette industrie est florissante jusqu'à la Première Guerre mondiale où la difficulté des transports maritimes des graines porte gravement atteinte à l'activité des savonniers.
  • En 1913, la production est de 180 000 tonnes pour tomber à 52 817 tonnes en 1918.
  • Après la guerre, la savonnerie bénéficie des progrès de la mécanisation bien que la qualité du produit reste due à l'emploi des anciens procédés et la production remonte pour atteindre 120 000 tonnes en 1938. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Marseille assure toujours la moitié de la production française mais les années qui suivent sont désastreuses. Le savon est supplanté par les détergents de synthèse et les savonneries marseillaises ferment les unes après les autres. Il ne reste aujourd’hui qu’une poignée de fabricants dans la région.


Le savon de Marseille aujourd'hui :

Le savon de Marseille est d'abord un produit de propreté du corps. Il sert aussi de nettoyant ménager et pour le lavage du linge. On trouve des paillettes de savon de Marseille pour la lessive. On l’emploie notamment pour laver le linge des personnes allergiques et des bébés parce qu’il ne contient pas d’ingrédients allergisants. Le terme « savon de Marseille » n’est pas une appellation d'origine contrôlée, il correspond seulement à une méthode de fabrication qui est approuvée depuis mars 2003 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) du Ministère des finances. Cette méthode est issue d'un code validé par la profession via l’Association française des industries de la détergence, de l'entretien et des produits d'hygiène industrielle (AFISE). Ce code définit avant tout une méthode de fabrication, basée sur les quatre étapes historiques que est l'empattage/cuisson, le relargage de la glycérine, le lavage et la liquidation (obtention d'une phase cristalline lisse à 63 % d’acides gras). Elle définit également des contraintes en matière de chargement de corps gras, exclut les huiles acides exception faite des huiles de grignon d'olives et admet le suif (sous réserve d'une qualité conforme au règlement Européen CE 1774/2002 sur les dérivés animaux utilisables en cosmétique).

Enfin, ce "code du savon de Marseille" limite les additifs et exclut en particulier les tension actifs de synthèse. Les additifs utilisables doivent être conformes à la directive CE 76/768 relative à la mise sur le marché des produits cosmétiques, d'hygiène et de toilette. Ce code distingue une qualité dite savon de Marseille Brut, sans colorant, sans parfum, sans additifs. Il n'y a donc pas d'obligation de fabriquer un savon à Marseille pour qu'il puisse avoir l'appellation. L'appellation est liée au procédé de saponification dit "marseillais", mis au point suite à la découverte du procédé de fabrication de la soude caustique par Leblanc. Il y a donc beaucoup de dérivés et d'utilisations non justifiées de ce nom. Dans la région marseillaise, seules trois savonneries continuent à fabriquer du savon comme il se fabriquait il y a trois siècles.

Beaucoup de sociétés se disent savonnerie ou revendiquent la notion Maître Savonnier. Ce ne sont en fait que des "conditionneurs" de savon. La base savon provient essentiellement d'Asie du Sud Est et le travail consiste uniquement à colorer, parfumer et mouler cette base savon fabriquée selon un procédé moderne ne pouvant pas bénéficier de l'appellation Marseille selon le code de l'AFISE.

Nantes, courant XIXe siècle, fut également un site majeur de production de savon en France, avec plus de 30 savonneries employant alors près de 300 personnes.

Ingrédient :

Blanc (végétal) : elaeis guineensis, aqua, cocos nucifera, sodium hydroxyde, sodium chloride.

Vert (végétal olive) : elaeis guineensis, aqua, olea europea, cocos nucifera, sodium hydroxyde, sodium chloride.


Condtionnement : Pain de 1000g

Sélection: Pain Marseille 1000g

Référence Composition Quantité SavonMarseille Prix
HPA04(O)-1 Vert (à l'huile d'olive) A l'unité Pain 1 kg 8,34 € *
HPA04(O)-3 Vert (à l'huile d'olive) Par 3 Pain 1 kg 24,40 € / 3 unité(s) *
1 unité(s) = 8,13 €
HPA04(O)-6 Vert (à l'huile d'olive) Par 6 Pain 1 kg 47,54 € / 6 unité(s) *
1 unité(s) = 7,92 €
HPA04(P)-1 Blanc ( à l'huile de palme) A l'unité Pain 1 kg 8,34 € *
HPA04(P)-3 Blanc ( à l'huile de palme) Par 3 Pain 1 kg 24,40 € / 3 unité(s) *
1 unité(s) = 8,13 €
HPA04(P)-6 Blanc ( à l'huile de palme) Par 6 Pain 1 kg 47,54 € / 6 unité(s) *
1 unité(s) = 7,92 €
*
Prix TTC, hors frais de port
 
Parcourir également ces catégories : HERBORISTERIE Bardou, Savon